MMTOURGUIDE Rio de Janeiro

BONNE ANNÉE 2021 !


Cette année 2020 a été très difficile, surtout pour des gens comme moi qui travaillent dans l’industrie du tourisme. Nous avions tous considéré comme acquis que le monde était devenu plus petit ; chaque coin de notre planète était devenu facilement accessible grâce à l’énorme quantité d’informations trouvées en quelques clics sur Internet. Puis la pandémie est arrivée et soudain les pays se sont trouvés obligés de fermer leurs frontières, de limiter la communication avec les États voisins et même entre une région et une autre, entre une ville et une autre sur leur propre territoire national.

Soudain, nous nous sommes tous éloignés l’un de l’autre, mais seulement temporairement. Heureusement, les efforts inlassables des scientifiques du monde entier et les ressources technologiques dont ils disposent produisent un résultat que nous espérons tous vraiment extraordinaire : la production d’un vaccin qui, en un temps record, peut nous faire sourire à nouveau, en regardant vers un avenir meilleur.

Il y a quelques semaines, je me demandais comment je pouvais souhaiter une paisible 2021 à tous les amis qui me suivent sans être insignifiant. J’ai ensuite reçu une copie d’un article écrit par Stefania Altieri sur le voyage au Brésil qu’elle a organisé avec un groupe d’Italiens très sympathiques entre la fin de 2019 et les premiers jours de 2020. Il a été publié il y a quelques jours, et j’ai eu le grand plaisir d’être inclus dans leurs souvenirs de voyage en tant que guide à Rio de Janeiro le tout premier janvier de cette année.

Ici à Rio, il y avait des moments où l’on entendait déjà parler d’une possible épidémie, mais heureusement, cette réalité était encore lointaine. Une visite de la ville avec une belle journée ensoleillée et chaude et la visite du Christ rédempteur le premier jour de l’année ainsi que l’amabilité du groupe ont été la meilleure façon de commencer cette année 2020. Les mois suivants ont ensuite tout bouleversé et tout le monde, mais les souvenirs de mon premier réveillon de nouvel an en tant que guide touristique sont restés dans mon esprit et dans mon cœur.

Pour célébrer l’arrivée de 2021, j’ai donc pensé à publier ce beau souvenir, considérant comme le meilleur souhait que je puisse faire à moi-même et à vous tous de nous retrouver bientôt ensemble au Brésil et dans la “Ville Merveilleuse”, enfin libres de profiter pleinement de ses beautés, du caractère jovial et accueillant de son peuple et de l’étreinte du Christ Rédempteur qui a rendu si spécial mon début personnel de 2020.

BRÉSIL : COURT MAIS INTENSE

Un voyage est toujours une découverte, avant que de nouveaux lieux ne soient la découverte de ce que de nouveaux lieux font à ton esprit et à ton cœur. Voyager, c’est toujours, sous une forme ou une autre, s’explorer soi-même. (Stephen Littleword)

C’est un rêve devenu réalité… le tour du Brésil avec un réveillon inoubliable à Rio !

L’itinéraire comprend les destinations classiques du pays et se développe sur quatre étapes fondamentales. Nous commençons à Salvador de Bahia, le cœur de la culture afro-brésilienne, avec son centre historique rempli d’églises catholiques, mais aussi de traces de culture animiste et de rituels Candomblè. Nous avons également le temps de visiter les plages voisines de Praia do Forte et de Guarajuba.
La deuxième étape nous conduit à Ouro Preto (l’or noir), premier site brésilien inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, célèbre pour son architecture coloniale et ses mines d’or, qui ont fait la fortune des Portugais pendant de nombreuses décennies.
Troisième étape : avec 275 cascades d’eau, dont certaines atteignent 70 mètres de haut, les Cascade d’Iguassu sont l’une des sept merveilles naturelles du monde.
La quatrième étape du voyage est Rio de Janeiro, l’une des plus belles villes du monde, avec les magnifiques plages d’Ipanema et de Copacabana, les quartiers de la vieille ville de Lapa et de Santa Teresa, les vues imprenables du Corcovado et de la montagne du Pain de Sucre.

23 décembre 2019 – Salvador de Bahia.
Après une escale à São Paulo, nous arrivons à Salvador de Bahia. Dehors, c’est Hector, notre très bon guide, qui nous attend. Nous montons dans le bus et nous nous dirigeons vers la pousada. Nous restons à quelques pas du centre historique donc nous laissons nos sacs et nous sommes immédiatement prêts à nous immerger dans la vie locale. Nous commençons la visite de la ville par le quartier historique du Pelourinho, également connu sous le nom de Cidade Alta. Nous passons par la célèbre place où se trouvait l’ancien poste de pilori où les gens qui commettaient des crimes étaient attachés et fouettés. Nous nous promenons dans les ruelles pavées, les bâtiments colorés, les boutiques de souvenirs afro-bahiens et les places animées par des musiciens et des danseurs. Hector nous montre les coins cachés, les vues fascinantes et nous raconte des détails fascinants de l’histoire de Bahia. Parmi les lieux les plus intéressants de l’époque coloniale, on trouve l’Igreja et le Convent São Francisco. Le complexe religieux comprend le cloître, connu pour son cycle d’azulejos du Portugal, et l’église baroque, considérée comme l’une des plus belles du Brésil, entièrement recouverte de décorations dorées. Nous retournons à la pousada et, après un bain dans la piscine, nous nous préparons pour la soirée. Un bon et généreux dîner avec la typique Moqueca Bahiana clôt cette première journée au Brésil.

24 décembre 2019 – Tour des îles (Frades et Itaparica).
Après un bon petit déjeuner, nous nous dirigeons vers le port. Nous prenons l’Elevador Lacerda, l’ascenseur qui relie les parties haute et basse de la ville. Nous passons par le Mercato Modelo et nous nous rendons à l’embarcadère pour faire le tour des îles : Frades et Itaparica. Nous naviguons dans la Baie de Todos os Santos, la plus grande de tout le Brésil, qui offre des vues splendides de la ville, avec ses contrastes évidents entre la partie nouvelle et la partie coloniale. Après la première heure et demie de navigation, nous arrivons à l’île des Frères. Il y a divers stands de souvenirs et des colporteurs qui vendent de la nourriture et des boissons. Vous pouvez vous asseoir sous de grands parasols ou marcher le long du littoral pour découvrir des plages désertes. L’eau de mer chaude vous invite à vous tremper et il y a aussi des douches dans le jardin en haut de la plage. La pause dure quelques heures de détente complète. Nous embarquons à nouveau et, au bout d’une demi-heure, nous sommes à Itaparica. Vous pouvez manger au restaurant ou vous détendre dans le coin des hamacs. Nous préférons nous allonger à l’ombre, près de la lagune. Nous partons en début d’après-midi et dans quelques heures, nous rentrons en ville. Le bateau est grand et confortable : vous pouvez prendre un bain de soleil sur la partie supérieure ou vous allonger sur la proue et discuter agréablement, bercé par les vagues. Sur le chemin de la pousada, nous faisons plusieurs arrêts dans les kiosques caractéristiques qui proposent des boissons et du folklore. Dans la pousada, ils nous ont préparé un dîner très riche pour la veille de Noël. Nous nous sentons choyés et chanceux de faire la fête ensemble dans ce bel endroit du monde.

25 décembre 2019 – Praia do Forte et Guarajuba
Tôt le matin, nous montons dans notre bus qui, en une heure et demie environ, sur une route confortable, nous conduit à Praia do Forte. Après quelques dizaines de mètres du parking, nous sommes dans la rue centrale de la célèbre station balnéaire. Ils ouvrent les nombreuses boutiques le long de la route parallèle à la plage : artisanat, vêtements, souvenirs, spécialités culinaires. Les possibilités d’achat ne manquent pas. Au bout de la rue commerçante, à gauche en regardant la mer, se trouve le Centre Tamar, une institution qui travaille depuis 35 ans à la protection des tortues de mer. La visite dure 45 minutes. De retour au parking, nous montons dans le bus et atteignons notre deuxième arrêt : Praia Guarajuba, une belle et longue plage de sable fin et d’arbres qui touchent presque la mer. Après un bain rafraîchissant dans l’océan, un peu de soleil, une promenade sur le rivage et un déjeuner avec de bonnes langoustes bon marché, nous retrouvons notre chauffeur pour retourner à Salvador. En arrivant à la pousada, nous partons à la découverte du quartier de Rio Vermilho et passons une agréable soirée sur la place. Au célèbre kiosque Da Cira, nous recevons ce qui est considéré comme le meilleur Acarajè du Brésil, un plat afro-brésilien typique composé d’une pâte de haricots, d’oignons et de sel, frits dans l’huile de dendê, un palmier du Nord-Est brésilien.

26 décembre 2019 – Salvador de Bahia (visite de la ville) – Belo Horizonte
Nous nous dirigeons vers la mer en traversant le quartier élégant et bourgeois de Victoria, avec ses avenues bordées d’arbres et ses élégants bâtiments. Nous atteignons la promenade animée de Barra, trois langues de terre qui s’étendent vers la mer et qui abritent autant de forts coloniaux. Nous faisons un arrêt au Forte de Santo Antonio da Barra avec le plus vieux phare d’Amérique du Sud. Depuis le fort, vous pouvez admirer une belle vue sur Salvador. Nous remontons dans le bus et faisons un autre arrêt au barrage de Tororo, un bassin artificiel construit au XVIIe siècle. Au milieu du lac se trouvent les statues géantes des Orishas, figures représentatives du Candomblé. Nous continuons le long de la mer dans la charmante région de Ribeira pour arriver à la Basilique do Senhor do Bonfim, l’église des fitas, les cordes colorées à nouer sur les portes extérieures. Le sanctuaire est visité par de nombreux pèlerins qui demandent des grâces et des guérisons miraculeuses. Trois nœuds correspondent à trois souhaits… A l’intérieur de l’église, nous nous attardons dans la chapelle des ex-votos, objets représentant différentes parties et organes du corps. La Ribeira était autrefois un quartier où les familles riches passaient leurs vacances pendant l’été, puis elle est devenue une banlieue de pêcheurs et aujourd’hui, elle est l’une des rares zones résidentielles à ne pas être contaminée par de grands gratte-ciel ou des centres commerciaux anonymes. Le long des belles plages de Riberinha, certains pêcheurs nettoient et vendent leur poisson dans de petits étals. Certains mettent la peau du poisson à sécher. L’endroit est très calme et nous apprécions le contact avec les habitants. Nous reprenons la route et nous arrêtons au Fort de Montserrat. Nous montons au sommet pour prendre des photos panoramiques. Nous nous arrêtons ensuite au marché populaire de Sao Joaquim, où nous trouvons toutes sortes de denrées alimentaires, d’herbes médicinales et d’objets religieux. Nous achetons des noix du Brésil et des noix de cajou à bas prix, puis nous visitons le marché aux poissons adjacent. Il est temps de dire au revoir à Hector et de prendre la route de l’aéroport. Après un rapide contrôle à l’aéroport, nous partons pour Confins-Belo Horizonte. Claudio, notre guide avec le bus et le chauffeur Junior, nous attend. Notre hôtel est situé au centre de la capitale de l’État du Minas Gerais. Avant d’aller dormir, nous allons dîner : Picanha pour tout le monde !

27 décembre 2019 – Inhotim
En une heure et demie, en traversant de magnifiques panoramas verts, nous arrivons au parc Inhotim, qui abrite l’une des plus grandes fondations d’art contemporain du Brésil et est l’un des plus grands centres d’art en plein air d’Amérique latine. Il a été fondée par l’ancien magnat des mines Bernardo Paz en 2004 pour abriter sa collection d’art personnelle, mais a été ouverte au public quelques années plus tard. Ce parc combine une nature luxuriante et de magnifiques jardins avec des installations artistiques. Vous pouvez respirer un air de sérénité et de paix en arrivant aux différents pavillons situés sur la grande surface. Pour faciliter les déplacements, nous prenons les voitures de golf pour monter et descendre entre la beauté de la nature et les œuvres d’art. Nous profitons de la journée jusqu’à l’heure de fermeture. La route d’Ouro Preto est également magnifique. Après quelques heures, nous arrivons dans l’ancienne capitale du Minas Gerais. Nous laissons nos bagages dans la pousada et nous nous promenons dans les rues centrales de la ville, en explorant l’architecture coloniale typique des bâtiments, éclairés par de douces lumières jaunes, qui dégagent une atmosphère d’un autre temps.

28 décembre 2019 – Ouro Preto – Mina du Veloso – Mina de Passagem – Mariana – Ouro Preto
La première étape d’aujourd’hui est un point de vue à partir duquel Claudio explique l’histoire de la ville minière qui se déroule sur les collines sous nos yeux et qui se trouvait le long de la route royale de l’or, plaque tournante du commerce colonial de l’or, des pierres précieuses et des esclaves. Aujourd’hui, grâce à son architecture coloniale et à ses églises baroques, Ouro Petro a été le premier site brésilien à être déclaré patrimoine mondial de l’UNESCO en 1980. Bien que le tourisme soit la partie la plus importante de l’économie de la ville, elle abrite des industries métallurgiques, comme Alcan, la plus importante entreprise d’aluminium du Brésil. A proximité se trouvent des gisements de minéraux et une pierre typique du lieu : la topaze impériale. En quelques minutes, nous arrivons à la Mina du Veloso, située au centre du village. Avec nos casques, nous entrons dans la mine, en nous immergeant dans un réseau de longs couloirs étroits qui nous donnent une idée des conditions de travail endurées par les mineurs. La visite dure une heure et le guide explique la géologie et l’histoire de l’esclavage minier. Nous prenons le bus pour Mariana, la première capitale du Minas Greais, à un peu plus de 12 km, et visitons la Mina de Passagem, la plus grande mine d’or du monde. A bord d’un chariot placé sur un rail, nous allons à 120 mètres de profondeur. Nous arrivons dans une grande caverne où s’est formé un lac naturel, une destination pour les spéléologues. Nous écoutons des explications intéressantes sur les techniques d’exploitation minière. La visite dure environ une demi-heure. Un déjeuner rapide et apprécié dans un petit restaurant ao kilo nous donne l’énergie pour le reste de la journée. Avec Claudio, nous nous promenons autour de Mariana, découvrant les coins les plus suggestifs et admirant les deux belles places du village. Nous faisons également un détour par l’hôtel de ville, où l’on a une belle vue sur deux des principales églises et le portrait de Maria Ana d’Autriche, qui a donné son nom à la ville. Nous prenons le bus pour retourner à Ouro Preto afin de visiter la somptueuse église de Notre-Dame du Pilar décorée de plus de 400 kg d’or et d’argent, la deuxième plus opulente du Brésil, après celle de San Francisco à Salvador. La visite se termine dans la belle église de San Francesco di Assisi, un splendide exemple d’art colonial avec sa façade entièrement sculptée par le célèbre sculpteur Aleijandinho et avec de précieuses fresques à l’intérieur. Nous disons au revoir à Claudio sur la place Tiradentes, dédiée au célèbre patriote lié à l’indépendance du Brésil et nous nous réfugions dans l’une des excellentes chocolateries de la place. Nous faisons un petit tour à la pousada avant de terminer la soirée dans un beau restaurant avec de grandes chambres bien entretenues et une terrasse donnant sur les charmantes rues pavées.

29 décembre 2019 – Ouro Preto – Conghonas – Aéroport de Confins – Foz do Iguazú
39 Km de route confortable et belle vers Conghonas nous attendent. Nous allons admirer les statues des Prophètes, chef-d’œuvre d’Aleijandhino, l’une des œuvres d’art les plus célèbres du Brésil. Nous entrons dans le musée moderne dédié aux chefs-d’œuvre d’Antonio Francisco Lisboa (Aleijadinho) qui se trouve à côté de la Basilique du Bon Jésus de Matosinhos. Des vidéos et des cartes informatives proposent différentes façons de découvrir le Sanctuaire, comme sa construction et les significations iconographiques, religieuses et artistiques de l’œuvre. Dès notre départ, nous commençons l’ascension vers la Basilique en admirant les statues en bois, également l’œuvre du grand sculpteur, contenues dans les chapelles de la Passion du Christ. Destination de pèlerinages, l’église représente à l’extérieur un modèle du baroque brésilien et à l’intérieur un exemple de rococo. Il y a aussi ici, comme dans l’église de Bomfim à Salvador, la salle évocatrice des ex-votos avec des photos et des images des miracles. Nous disons au revoir et remercions Claudio, tandis que notre chauffeur Junior, avant de se rendre à l’aéroport de Confins, en passant par Belo Horizonte, nous emmène voir le quartier résidentiel de Pampulha qui surplombe le lac artificiel du même nom, le long des rives duquel se trouvent des bâtiments conçus par le célèbre architecte Oscar Niemeyer, tels que le Museu de Arte, la Capela Curial de São Francisco de Assis et la galerie Casa do Baile. Départ à l’heure, nous passons par Sao Paulo et arrivons à Foz do Iguazù. Nous allons dîner dans un restaurant très particulier où ils vendent tout ce qui est exposé.

30 décembre 2019 – Cascades de Foz do Iguazú Côté argentin – côté brésilien
La journée est marveilleuse et il fait chaud. Nous prenons un petit déjeuner très tôt. Notre guide Lourdes rassemble les passeports. Après une demi-heure de route, nous sommes à la frontière avec l’Argentine et nous nous occupons des formalités douanières en peu de temps. A l’heure d’ouverture, nous arrivons à l’entrée du Parc des Cascades du côté argentin. Après l’entrée, il y a un bâtiment d’information touristique, avec des cartes du parc et des photos avec des légendes de la faune et de la flore indigènes. Les sentiers sont balisés par des panneaux, les passerelles sont confortables et sûres, le personnel se trouve partout pour apporter de l’aide, les lieux de rafraîchissement sont dispersés partout. Nous commençons la visite de la célèbre Garganta del Diablo. Nous sommes les premiers à monter dans le train électrique qui fait la navette à travers la végétation luxuriante sur deux kilomètres de voie ferrée et qui transporte les touristes toute la journée. Nous sommes descendus du train et avons marché pendant environ 600 mètres sur une passerelle placée juste au-dessus du niveau de la rivière Iguazu (et reconstruite plusieurs fois à cause des inondations) parmi de petits îlots rocheux et des abris pour les oiseaux. Nous atteignons la terrasse panoramique à quelques mètres de la plus impressionnante chute d’eau de tout le front, un saut de 80 mètres et un mur d’eau qui disparaît dans une colonne de brouillard avec un bruit assourdissant. C’est une image spectaculaire et incomparable. Nous prenons des photos pendant que d’autres touristes arrivent. A contre-courant, nous reprenons le même chemin et prenons le petit train pour revenir à notre point de départ. De là, nous atteignons le camion ouvert du parc qui nous emmène, dans un chemin intérieur de la forêt, aux 150 étapes qui mènent aux canots pneumatiques de la Grande Aventure sous les chutes. Avant de monter, ils nous fournissent un gilet de sauvetage et un sac imperméable pour ranger les sacs à dos et les téléphones portables. La balade est amusante et on se mouille complètement. Nous ramenons le camion ouvert à la fin du trajet où nous attend Marcos, le chauffeur, qui avait demandé un permis spécial pour entrer dans le parc avec le bus. Nous montons à bord et passons la douane pour rentrer au Brésil. Là aussi, les procédures sont rapides, à nouveau effectuée par Lourdes. Dans une demi-heure, nous sommes à l’entrée du parc des cascades du Brésil. Il y a peu de queue pour prendre la navette. Nous faisons 5 km de route et nous sommes au début du chemin d’où nous pouvons admirer les chutes dans toute leur largeur et les arcs-en-ciel (presque) pérennes. Au cours de la promenade, nous rencontrons différents coatí, petits animaux de la famille des ratons laveurs qui courent à la recherche de la nourriture laissée par les touristes. Au bout du chemin, il y a un bâtiment avec des activités commerciales et un ascenseur qui mène à une terrasse parallèle au point où commence la chute d’eau. C’est un spectacle impressionnant ! Pas loin de là se trouve un long bâtiment avec des boutiques de souvenirs, des bars et des restaurants. Notre rendez-vous est là et quand nous y sommes tous, nous reprenons la navette par le chemin de l’entrée. Marcos nous attend, pour retourner à Foz do Iguazú. Nous passons devant l’héliport pour faire un tour au-dessus des cascades, ce qui est également spectaculaire. Nous allons prendre des douches et nous préparer pour la soirée. La navette vient nous chercher et nous emmène dans une churrascarìa pour un excellent et abondant dîner. Une bonne caipirinha clôt une journée vraiment inoubliable.

31 décembre 2019 – Foz do Iguazú – Rio de Janeiro
Avant de partir, nous avons le temps de visiter, en chemin, le Parque das Aves. Le beau parc reproduit un espace forestier typique avec divers types d’oiseaux tropicaux et indigènes, qui voltigent dans de grandes volières. En se promenant dans la verdure luxuriante, on voit des hérons, des perroquets, des toucans, des hiboux, des aigles et de grandes caisses avec des anacondas et autres serpents. Nous passons une heure agréable et puis en bus, en vingt minutes, nous sommes à l’aéroport. Nous disons au revoir à Lourdes, nous la remercions pour l’excellent service et nous nous envolons pour… Rio de Janeiro ! À l’aéroport, nous trouvons une personne qui nous attend et qui nous accompagne jusqu’au bus. Il nous faut une heure pour arriver à notre appartement à Copacabana, car nous nous arrêtons pour faire les achats pour le dîner du réveillon du Nouvel An. Lorsque nous montons avec l’ascenseur au onzième étage, nous sommes essoufflés en regardant par la fenêtre et nous courons à l’étage pour sortir sur la terrasse. L’appartement est immense avec 5 chambres doubles et 4 salles de bain, de nombreux espaces communs et la cuisine à utiliser pour les dîners, mais la vraie valeur est la vue sur la plage de Copacabana. Nous prenons possession des chambres et, en bref, nous sommes prêts pour une première promenade sur la merveilleuse promenade qui se remplit déjà pour la soirée. Sur environ 4 km, vous pouvez voir les kiosques d’un côté et de l’autre les élégants hôtels et bâtiments qui couronnent la belle plage. L’atmosphère est magique. Nous préparons le dîner pour célébrer la soirée, pour porter un toast à notre voyage et à la nouvelle année qui commence dans l’une des plus belles villes du monde. Nous attendons minuit sur la terrasse, assis et sirotant de la caïpirinha. Nous vivons un moment inoubliable qui ne peut pas facilement être égalé : en dessous de nous, 3 millions de personnes sur la plage font le compte à rebours pour accueillir le 2020 et après un moment de silence, le rugissement du premier feu d’artifice, suivi de nombreux autres pendant quinze minutes interminables. Les plateformes au milieu de la mer offrent un spectacle coloré et synchronisé et derrière elles une douzaine de bateaux de croisière sont positionnés pour admirer les feux d’artifice. Nous terminons la soirée en descendant dans la rue et en atteignant la scène principale pour danser parmi les gens.

1er janvier 2020 – Rio de Janeiro (visite de la ville)
Aujourd’hui, nous profitons des vacances et nous partons tôt. Nous avons rendez-vous avec notre guide Marcello. Il est originaire de Turin et a déménagé à Rio parce qu’il est marié à une Carioca. Il a récemment obtenu son permis de guide de toursime brésilien, mais il est très bien préparé sur tous les sujets. Nous montons dans le bus confortable et partons. En passant par le quartier de Botafogo, un quartier bourgeois qui s’étend sur une belle plage, on remarque le palais du gouverneur et le stade de la célèbre équipe de football, avec au mur les portraits des joueurs les plus célèbres de son histoire. Marcello nous explique combien le football est présent dans la ville avec les 4 équipes qui jouent dans la ligue (Fluminense, Vasco da Gama, Botafogo, Flamengo). Nous avons décidé de partir du Corcovado pour ne pas trouver de file d’attente. Alors que nous gravissons la colline du Corcovado, haute de 710 mètres, Marcello nous explique que nous sommes dans le parc national de Tijuca, l’une des plus grandes forêts urbaines du monde. Depuis le guichet, nous prenons la navette jusqu’au sommet, l’endroit le plus magique de Rio. Après un ascenseur et deux escaliers roulants, nous sommes au pied de la majestueuse statue du Christ Rédempteur, l’une des sept merveilles du monde. La hauteur du Christ Rédempteur est de 30 mètres + la base de 8 mètres : 38 mètres en tout. Nous prenons des photos et profitons de la vue imprenable depuis la terrasse : le Pain de Sucre, la baie de Guanabara, les plages au sud et le lac Rodrigo de Freitas. Après une demi-heure, nous descendons de la navette et, avant de remonter dans le bus, nous faisons une courte visite au Centre des visiteurs, où Marcello nous explique que la construction du Christ Rédempteur remonte aux années 1922 à 1931, sur initiative de l’Église catholique. À la base de la statue, une plaque rappelle le lien avec Guglielmo Marconi, qui avait envoyé un signal radio depuis Rome pour illuminer la statue pour la première fois (en réalité, l’aide de la Société brésilienne d’illumination a également été nécessaire). Une série d’images retrace l’histoire de la forêt et de la ville avec son développement urbain jusqu’à aujourd’hui. Nous prenons notre minibus et descendons vers le quartier de Santa Teresa, au milieu de rues escarpées et de demeures historiques où l’on respire une atmosphère bohème. Le chauffeur nous quitte et nous traversons le quartier plein de fresques et de petits bars. Nous avons mangé un petit morceau, puis nous avons atteint l’Escadarìa Selaròn, l’escalier recouvert de mosaïques multicolores de l’artiste chilien Jorge Selaròn, qui est devenu un incontournable pour quiconque visite Rio. Nous reprenons le bus et nous nous dirigeons vers le quartier voisin de Lapa, célèbre pour sa vie nocturne. En passant par l’aqueduc (un des symboles de la ville), nous allons visiter la cathédrale de Saint-Sébastien qui se distingue parmi les hauts gratte-ciel, populairement appelée Catedral Metropolitana, construite en 1979 dans le centre de la ville. Le bâtiment moderne en forme de cône est très beau à l’intérieur avec les quatre vitraux qui s’élèvent au sommet. Le bus nous prend en charge pour nous emmener au Centre, mais nous nous arrêtons d’abord dans la zone portuaire où ils viennent de placer une roue panoramique très haute et où nous admirons le murale Etnias (groupes ethniques) ou Todos somos Um (Nous sommes un), comme elle a été appelée à l’origine par son auteur Eduardo Kobra, un artiste brésilien de renommée mondiale. Les 5 continents sont représentés : un garçon Tajapo du Brésil, une femme Mursi d’Éthiopie, une femme Kayin de Thaïlande, un homme Supi d’Europe du Nord et un homme Huli de Papouasie-Nouvelle-Guinée, c’est-à-dire les ancêtres communs de l’humanité, les peuples indigènes d’Amérique, d’Asie, d’Europe, d’Afrique et d’Océanie. Nous réalisons que Rio n’est pas seulement une ville avec des plages paradisiaques et de samba, mais qu’elle possède également un incroyable art de rue avec des graffitis et des peintures murales, héritage des Jeux olympiques de 2016 (la première et unique fois que l’événement a été organisé en Amérique du Sud). Le prochain arrêt est le stade Maracana, rénové, et le Sambodrome, mondialement connu, avec sa piste de 700 mètres, où se déroule le défilé le plus célèbre et le plus folklorique du monde, le Carnaval de Rio. Pour terminer cette journée mémorable, nous terminons par le Pain de Sucre. Nous prenons deux téléphériques pour atteindre le sommet de la montagne à 396 mètres d’altitude. On peut voir toute la plage de Copacabana d’un côté et la plage de Flamengo de l’autre. En tournant le regard, on aperçoit la majestueuse statue du Christ Rédempteur qui domine le Corcovado. Dans la clairière au sommet de la colline, il y a un bar et divers magasins de souvenirs et Rio à nos pieds : un autre spectacle inoubliable. Sur le chemin du retour, nous demandons à notre chauffeur serviable de nous conduire à travers les quartiers élégants de Leblon et Ipanema. Nous retournons à notre bel appartement d’où nous admirons un merveilleux coucher de soleil. Quelqu’un descend pour nager, quelqu’un se promène sur la promenade, quelqu’un d’autre s’attend à dîner avec un caïpirinha.

2 janvier 2020 – Ilha Grande (de Angra dos Reis)
Nous descendons tôt et après quelques minutes, un grand bus rempli de touristes arrive. Nous saluons notre guide Fabio, qui nous explique comment l’excursion sera organisée. Nous prenons la route vers la ville balnéaire d’Angra dos Reis. Une fois arrivés au petit port, on nous attribue le bateau Elisabeth, qui se remplit immédiatement. Des gens de toutes les nations, de la musique brésilienne à haut volume, de la caipirinha aux rivières, ils rendent l’atmosphère bon vivante. Sur le bateau, vous pouvez prendre un bain de soleil ou rester sous le pont. La mini-croisière comporte quatre arrêts. Pendant les deux premiers arrêts, vous pouvez faire de la plongée libre. Le deuxième arrêt se fait dans une petite baie appelée Lagoa Azul. L’eau est claire, il y a beaucoup de poissons et c’est relaxant de nager sous la côte couverte d’une végétation luxuriante. Rappelés à bord, nous partons pour débarquer sur une belle plage où vous pourrez vous promener ou vous détendre. Le dernier arrêt est une autre plage d’Ilha Grande où nous déjeunons en self-service dans un restaurant. Après avoir mangé, nous reprenons la navigation pour revenir. Lorsque nous arrivons au petit port d’Angra dos Reis, nous prenons le bus pour retourner à Rio. Nous passons par la Lagoa Rodrigo de Freitas, une pittoresque étendue d’eau salée où ils ont placé le sapin de Noël, que nous voyons illuminé. Après avoir fait plusieurs arrêts pour déposer d’autres touristes à leur hôtel, nous arrivons à notre appartement.

3 janvier 2020 – Rio de Janeiro (visite à pied)
Le moyen le moins cher et le plus rapide de se déplacer dans Rio est Uber. Nous en prenons 4 pour nous rendre au centre, à l’Église de Nossa Senhora da Candelaria, de style baroque et rinascimentale. C’est de là que commence notre visite à pied. Nous nous dirigeons vers le Musée du Demain (Museo do Amanha), qui fait partie du projet de réaménagement de la zone portuaire. Le bâtiment, inauguré en 2015, a été conçu par l’architecte espagnol Santiago Calatrava. Le musée des arts et des sciences traite des questions du changement climatique, de la dégradation de l’environnement et de l’effondrement de la société. L’institution collabore également avec les principales universités brésiliennes et les institutions mondiales en recueillant des données climatiques et démographiques en temps réel auprès des agences spatiales et des Nations Unies. Nous visitons ensuite la célèbre Confeitaria Colombo, que le siteCity Guides a désignée comme l’un des dix plus beaux cafés du monde. Le mobilier d’époque, les miroirs et le marbre, les lucarnes et l’éclairage créent une atmosphère d’antan. Cela vaut la peine de faire la queue pour essayer au moins un café et un pastel de nata, à des prix abordables. Il est temps de faire quelques emplettes au populaire marché Uruguayen, puis nous nous dirigeons vers le Teatro Municipal, construit sur le modèle de l’Operà de Paris. De là, nous prenons le métro pour retourner dans le quartier de Copacabana et nous nous promenons dans le quartier. Nous rentrons chez nous pour nous changer et nous préparer pour la soirée au Scénarium de Rio, l’un des endroits les plus fréquentés de la ville. Notre réservation est pour un verre avec de la musique après le dîner. L’endroit est très spécial et charmant, sur trois niveaux et décoré d’antiquités. Depuis les balcons surplombant la scène, vous pouvez profiter du spectacle et de la musique en direct. Le samba et d’autres musiques addictives nous entraînent sur la piste de danse et dans la mêlée.

4 janvier 2020 – Rio de Janeiro – Favela de Rocinha
Nous partons pour la région au sud de Rio, la partie la plus riche de la ville. Rocinha est située à la sortie de deux longs tunnels qui relient les quartiers de Gávea et Barra da Tijuca. La favela s’est développée sur tout le flanc de la colline, elle appartient donc à ce type particulier de favelas appelées morros. En face se trouve le quartier de São Conrado, habité par les classes moyennes et supérieures qui vivent dans de grands immeubles situés entre la favela et la mer. En quelques mètres, la situation change radicalement : alors que d’un côté de la rue, vous vivez avec tout le confort, de l’autre, vous devez vous battre tous les jours pour survivre. Mais ce sont là les paradoxes de la ville tropicale. La Rocinha n’est pas seulement la plus grande favela de la ville, mais selon beaucoup, elle est la plus grande et la plus peuplée de tout le continent latino-américain. La forêt tropicale du parc national de Tijuca résiste difficilement aux attaques des nouveaux bâtiments qui continuent à s’étendre sur tous les fronts, au point qu’il est devenu impossible de voir toute la favela d’un seul point. Les bâtiments, qui sont plus hauts dans la partie inférieure, ont tendance à devenir de plus en plus petits, jusqu’à ce qu’ils prennent les caractéristiques de taudis, au fur et à mesure que l’on monte dans la partie supérieure. Plus on avance, plus les rues ont tendance à se transformer d’abord en ruelles, puis en minuscules passages formés par des escaliers raides entre une maison et une autre, où l’on peut à peine passer. Les ruelles, que les habitants appellent becos, sont luxuriantes d’humanité. Les opérateurs locaux ont réalisé que de nombreux touristes étrangers sont attirés par la réalité de la favela et ont organisé des visites guidées. Nous avons demandé à Barbara Olivi de nous guider et nous avons son mari Giulio comme guide, qui nous raconte les histoires des habitants, les combats entre les bandes de trafiquants, les fusillades avec la Police Pacificatrice et les difficultés des familles vivant dans l’extrême pauvreté. La visite dure environ 3 heures entre des hauts et des bas qui, lorsqu’il pleut, deviennent infranchissables. Nous laissons le paquet de cadeaux que nous avons apporté aux enfants et demandons au chauffeur de nous déposer à Ipanema, de se promener dans le quartier et de déjeuner. Nous nous retrouvons aux Jardins de Alah pour retourner à l’appartement. Quelqu’un va se baigner, quelqu’un d’autre va à Rio Sul, un grand centre commercial situé à quelques pas de l’appartement, pour les derniers achats. Nous nous arrangeons pour aller voir le coucher de soleil à Arpoador, la péninsule entre Copacabana et Ipanema, avec les traditionnels applaudissements du soleil se couchant dans la mer. Nous restons à Ipanema pour dîner dans une excellente churrascarìa avec la formule à volonté.

5 janvier 2020 – Rio de Janeiro – Sao Paulo
Le voyage est presque terminé, mais nous avons encore quelques heures avant de quitter le merveilleux Rio. Sur le front de mer de Copacabana, pas loin de notre appartement, un marché de souvenirs et de petits métiers nous permet de faire les derniers cadeaux. Le bus nous emmène à l’aéroport et, après les formalités douanières habituelles, nous partons pour Sao Paulo où nous transitons, puis nous reprenons l’avion pour l’Italie.

6 janvier 2020 – Sao Paulo – Milan – Rome
Nous atterrissons à Milan à l’heure, les bagages sont là, des embrassades et quelques larmes pour dire au revoir. Le voyage s’est bien passé et a été magnifique. Ceux qui se rendent à Rome ont un peu de temps avant la dernière étape du voyage de retour.

Ce n’est pas vrai. Le voyage ne s’arrête jamais. Seuls les voyageurs finissent. Et eux aussi peuvent s’attarder dans la mémoire, dans le souvenir, dans le récit.
Quand le voyageur s’est assis sur le sable de la plage et a dit : “Il n’y a plus rien à voir”, il a su que ce n’était pas vrai. La fin d’un voyage n’est que le début d’un autre. Il faut voir ce qui n’a pas été vu, revoir ce qui a déjà été vu, voir au printemps ce qui a été vu en été, voir le jour ce qui a été vu la nuit, avec le soleil où il a plu la première fois, voir les récoltes vertes, les fruits mûrs, la pierre qui a changé de place, l’ombre qui n’était pas là. Il est nécessaire de revenir sur les mesures déjà prises, de les répéter, et de tracer de nouveaux chemins à leur côté. Il faut recommencer le voyage. Toujours. (José Saramago)
Stefania Altieri

Meilleurs vœux à Stefania, à ses compagnons de voyage et à vous tous !

Marcello

ItalyFrench